taper


taper

1. taper [ tape ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1752; a. provenç. tapar (XIVe), d'un germ. °tappon, néerl. tap « bouchon »
Mar. Boucher avec une tape. Taper les écubiers. taper 2. taper [ tape ] v. <conjug. : 1>
• 1181; onomat., ou du moy. néerl. tappe « patte », ou du germ. °tappon
I V. tr.
1Frapper (qqn) du plat de la main ou avec un objet. battre. REM. Surtout à propos des enfants. Maman, il m'a tapé !
2Donner des coups sur (qqch.). Taper la table du poing. Taper les tapis. battre; tapette. Loc. fam. Se taper les cuisses, en signe de contentement; se réjouir bruyamment. — Il y a de quoi se taper le derrière (le cul) par terre : c'est une chose risible, grotesque. — C'est à se taper la tête contre les murs : c'est une situation révoltante et sans issue. — Se taper la cloche. Taper le carton, la belote.
3Produire (un bruit) en tapant (II) . Taper trois coups à la porte. Péj. Taper un air sur un piano, le jouer médiocrement. ⇒ pianoter, tapoter.
(1917) Écrire (un texte) au moyen de la machine à écrire ( dactylographier; 1. frappe), du micro-ordinateur ( saisir). Faire taper une lettre. « Tapez-les en double » (Anouilh). Tapez 36 15 code... (sur le minitel).
4(1866; tappé « grugé » 1650) Fam. Emprunter de l'argent à (qqn). « Nous décidâmes d'aller taper notre ancien patron » (Céline ). Il m'a tapé de cent balles.
5Fam. Atteindre (une vitesse). Sa bagnole tape le 200.
II V. intr.
1Donner une tape. Taper sur le dos de qqn. « Quelqu'un qui lui tapait sur l'épaule » (Sand ).
Donner un coup, des coups. Taper des mains. battre. Taper des poings, des pieds (sur, contre qqn, qqch.). Taper comme un sourd. cogner. Taper sur qqn, lui taper dessus, le frapper. Taper sur un piano, en jouer brutalement. « Un quadrille où l'on tapait dans ses mains » (Zola). Bateau qui tape, dont le fond heurte chaque lame.
Fig. et fam. Taper sur qqn, dire du mal de lui en son absence. ⇒ critiquer, médire (cf. Casser du sucre sur le dos de qqn).
Loc. fam. Se faire taper sur les doigts. Taper sur le ventre de qqn, le traiter avec une familiarité excessive. — Taper sur les nerfs, sur le système à qqn, l'agacer. — Taper dans l'œil à qqn, lui plaire vivement. Elle lui a tapé dans l'œil, c'est le coup de foudre. Taper dans le mille : réussir; deviner juste.
2Par ext. Écrire en tapant sur les touches d'une machine. Taper à la machine. Cette dactylo tape vite. Faute faite en tapant : faute de frappe, de saisie.
3(fig. de taper sur la tête) Se dit du vin qui monte à la tête. Un vin qui tape. cogner.
Le soleil tape dur, chauffe très fort. Fam. Ça tape aujourd'hui.
4Fam. Prendre dans, se servir de. Taper dans les provisions. puiser. Tapez dans le tas ! Tapez dedans !
III ♦ SE TAPER
1 V. pron. (récipr.) Se frapper l'un l'autre.
2 (Réfl.) Se taper sur les cuisses (de contentement;cf. ci-dessus se taper les cuisses).
3(1766) (Avec un compl.) Fam. Manger, boire (qqch.). s'enfiler, s'envoyer. Se taper un gueuleton. « Elle se tape encore son kil de rouge dans la journée » (Sartre).
Par ext. Vulg. Se taper qqn : avoir des relations sexuelles avec qqn. ⇒ se faire, se farcir. « ce qu'il croyait savoir des pédérastes : S'il était vrai que Nono se le tapait, Querelle était de la pédale » (Genet).
4Fam. Faire (une corvée). s'appuyer. Se taper tout le travail. Il s'est tapé le trajet à pied. Péj. Supporter. Il va falloir encore se taper la famille. se farcir.
5Fam. S'en taper : s'en moquer (cf. S'en balancer, s'en battre l'œil, s'en ficher, s'en foutre). Vos histoires, je m'en tape.

taper verbe transitif (radical onomatopéique tapp-, évoquant un bruit sourd) Donner volontairement un ou des coups à quelqu'un, un animal, le battre : Vous n'allez pas taper cet enfant ? Heurter quelque chose, le frapper de la main, du pied, avec un instrument : Taper la table avec ses poings. Choquer, cogner quelque chose sur, contre quelque chose d'autre : Taper sa pipe contre sa semelle pour la vider. Reproduire un texte à la machine à écrire ; dactylographier. Familier. Chercher à obtenir de quelqu'un un prêt d'argent, un don : Il tape souvent ses amis en fin de mois.taper (homonymes) verbe transitif (radical onomatopéique tapp-, évoquant un bruit sourd)taper (synonymes) verbe transitif (radical onomatopéique tapp-, évoquant un bruit sourd) Donner volontairement un ou des coups à quelqu'un, un animal...
Synonymes :
Heurter quelque chose, le frapper de la main, du pied, avec...
Synonymes :
Reproduire un texte à la machine à écrire ; dactylographier.
Synonymes :
taper verbe transitif indirect Donner un ou des coups plus ou moins forts avec la main, le pied, un objet quelconque sur, contre, dans, etc., quelque chose : Taper du pied sur le sol. Frapper à la porte, à la fenêtre, etc., pour se faire ouvrir, faire du bruit en frappant. Venir heurter quelque chose, en particulier dans un battement : Un volet qui tape contre le mur. Battre quelqu'un, lui donner des coups : Il tape sur ses enfants. Familier. Puiser largement dans quelque chose : Taper dans les réserves.taper verbe intransitif Dactylographier : Un dactylo qui tape très vite. En Afrique, aller à pied. ● taper (expressions) verbe transitif indirect Familier. Taper dans l'œil, se faire favorablement remarquer, susciter soudain l'intérêt, plaire vivement. Taper dans ses mains, les frapper l'une contre l'autre. ● taper (homonymes) verbe transitif indirecttaper (synonymes) verbe transitif indirect Donner un ou des coups plus ou moins forts avec...
Synonymes :
Frapper à la porte, à la fenêtre, etc., pour se...
Synonymes :
Venir heurter quelque chose, en particulier dans un battement
Synonymes :
Battre quelqu'un, lui donner des coups
Synonymes :
taper (expressions) verbe intransitif Familier. Le soleil tape (dur), ça tape, le soleil est très chaud. Familier. Taper à côté, se tromper, manquer son coup, échouer. Taper des pieds, des mains, frapper bruyamment le sol avec ses pieds, battre des mains. Taper du pied, manifester son impatience, son irritation en frappant le sol du pied. ● taper (homonymes) verbe intransitif

taper
v.
rI./r v. tr.
d1./d Donner une, des tapes à. Taper un animal rétif.
Par ext. Frapper, cogner. Le ballon a tapé la barre transversale du but.
|| (Afr. subsah.) Taper le ballon: jouer au ballon.
d2./d Produire (un son) en frappant. Taper des notes sur un piano.
d3./d Taper à la machine ou, ellipt., taper: dactylographier. Taper une lettre.
d4./d (Afr. subsah.) Fam. Taper (à pied): marcher, aller à pied. Le rapide était parti, j'ai dû taper à pied.
d5./d Fig., Fam. Emprunter de l'argent à (qqn). Il m'a tapé (de) cinquante francs.
rII./r v. intr.
d1./d Donner une (des) tape(s). Taper sur l'épaule de qqn.
Donner un (des) coup(s). Taper avec un marteau. Taper du pied.
|| Loc. fig., Fam. Taper dans l'oeil de qqn, le séduire d'emblée.
Soleil qui tape, qui chauffe très fort.
d2./d Fam. Taper dans: prélever sur, se servir de. Taper dans la caisse.
rIII/r v. Pron.
d1./d (Récipr.) Se frapper mutuellement.
d2./d (Réfl.) Fam. S'offrir (qqch d'agréable). Se taper un bon petit dîner.
d3./d Fam. Faire (qqch de pénible). Se taper une corvée.

I.
⇒TAPER1, verbe
I. — Empl. trans.
A. — Taper qqn
1. Donner une tape, frapper du plat de la main; p. ext., frapper, battre. Taper un enfant. Tiens, c'est bien fait! Toi, aussi, tu voulais toujours taper les autres (JARRY, Ubu, 1895, IV, 5, p. 76).
Empl. pronom. réciproque. Se battre, se frapper l'un l'autre. Elles se tapèrent comme les laveuses tapent leur linge, rudement, en cadence. Quand elles se touchaient, le coup s'amortissait, on aurait dit une claque dans un baquet d'eau (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 400).
— [P. méton. du compl.] Taper la tête de qqn. De deux doigts bénins, il tapa la joue de l'adolescent (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 393). Elle lui tapait le dos, à petites tapes, comme on fait à un cheval qui a peur (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 64).
Empl. pronom. réfl. Se frapper. Se taper le front. Il se tapait la poitrine en se faisant un honneur de ne boire que du vin; toujours du vin, jamais de l'eau-de-vie; le vin prolongeait l'existence, n'indisposait pas, ne soûlait pas (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 490). Ça riait en se tapant les cuisses (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 67).
Loc fig., fam.
(Il y a de quoi/c'est à) se taper le derrière, les fesses, le cul, le train contre/par terre. [En parlant d'une situation ou de qqc. de risible, de ridicule, de grotesque] Les coups qu'il faisait, c'était pas à se taper le train par terre de rigolade (CARCO, Équipe, 1919, p. 235). Dites, est-ce que ce n'est pas à se taper le cul par terre? (AYMÉ, Confort, 1949, p. 141):
1. Les rires reprirent de plus belle. Ils duraient encore, lorsque revint Batouala. On lui expliqua les causes de l'hilarité. Il joignit ses facéties à celles de ses femmes. La joie était à son comble. On se tenait les côtes. On se tapait les fesses contre terre. On pleurait.
MARAN, Batouala, 1921, p. 48.
(Il y a de quoi/c'est à) se taper la tête contre les murs. [En parlant d'une situation ou de qqc. de pénible, d'inextricable, de révoltant, d'une chose à laquelle on ne peut rien] Dans quoi nous sommes-nous fourrés! C'est à se taper la tête contre les murs! (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 137). Il y a comme on dit vulgairement, de quoi se taper la tête contre les murs (ARNOUX, Crimes innoc., 1952, p. 293).
2. Au fig., fam. Taper qqn (de qqc.)
♦ [Le compl. prép. désigne de l'argent] Emprunter de l'argent à quelqu'un. Je suis au café. Un ancien camarade de lycée vient de me serrer la main, me tape de cent francs et va ensuite rejoindre un ami, à l'autre bout de la salle (GREEN, Journal, 1929, p. 9). Entre vingt et trente ans, on peut taper les copains pour finir le mois, ça n'a pas d'importance. Entre trente et quarante, ça commence à devenir pénible. Au-dessus de quarante, c'est intolérable (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 206).
♦ [Le compl. prép. désigne qqc. qui se paie] Faire payer à quelqu'un. Lecouvreur était encore un bleu dans le métier de bistrot. Il ne savait pas se débarrasser des raseurs qui le tapaient d'une tournée (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 60).
B. — Taper qqc.
1. Frapper, donner des coups sur quelque chose. Taper la muraille à coups de poing. On entendait toujours le bruit persistant du marteau, qui tapait le fer. Et, quelques minutes plus tard, comme elle s'était rapprochée du jeune homme assis, elle lui adressa la parole (ZOLA, Terre, 1887, p. 135). Il me tapait les mains et me faisait respirer de l'éther. Je commençais à reprendre conscience (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 79).
— [Le compl. désigne l'objet ou la partie du corps qui frappe] Cogner quelque chose (contre, sur quelque chose). Taper une chose contre une autre. Il élevait la voix, tapant les doigts de sa main droite sur la paume de sa main gauche (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 689). Il faisait joyeusement taper ses béquilles sur le pavé (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 150).
En partic. Battre. Taper les tapis. Elle la regardait préparer le lit, l'ouvrir, taper les oreillers de ses bras nus (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 531). La porte de la chambre est entrebâillée et on entend Marguerite qui tape les matelas (GIONO, Colline, 1929, p. 100).
Loc. pop., fam. Taper le carton, la carte, la brème. Jouer aux cartes. [Le compl. désigne un jeu, une partie de cartes] Jouer à, faire une partie de. Les vrais « hommes » se réfugient chez Dupont tout est bon, où la banalité est encore de mise, dans les tabacs rebelles aux effets, et tapent leurs parties de cartes sur le tapis de tout le monde sans verser dans un académisme de sages-femmes (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 137). Il regarda dans la glace quatre vieux qui tapaient une belote en silence (FALLET, Banl. Sud-Est, 1947, p. 33).
Spécialement
PEINT. Taper (la peinture). Introduire la peinture dans les creux des objets à peindre à petits coups de brosse (d'apr. BARB.-CAD. 1971).
PÊCHE. Taper l'eau. Pêcher au lancer de façon brutale et maladroite. (Dict. XIXe et XXe s.).
COIFF., vx. Taper les cheveux. Les crêper (Dict. XIXe et XXe s.).
Région. (Afrique). Taper le ballon. ,,Jouer au ballon (au football)`` (ROB. 1985).
2. Frapper, heurter pour produire un bruit ou en produisant un bruit. Taper trois coups à la porte; taper trois coups dans ses mains. Sa femme tapait rageusement le pied de son verre avec le bout de son couteau (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, En fam., 1881, p. 345). Derrière celui qui tape la grosse caisse, un indigène plus jeune, armé d'une baguette, brise le rythme implacable par un système régulier de syncopes dans l'entre-temps (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 706).
THÉÂTRE. Taper (les trois coups). Frapper trois coups pour annoncer le début du spectacle. L'Annoncier tape fortement le sol avec sa canne, et lorsque le silence règne, il annonce:Le Soulier de satin ou Le Pire n'est pas toujours sûr (CLAUDEL, Soulier, 1944, 1re part., 1re journée, p. 941).
Péj. [Le compl. désigne un morceau de mus.] Jouer de façon mécanique, mal jouer, jouer sans nuance. Il s'en échappait [de la maison] des bruits pareils à un clapotement d'eau sur de la boue (...) Il provenait d'un misérable piano échoué par hasard dans une chambre où languissait à cette heure une lumière brouillée. On tapait sur l'instrument une valse à tour de bras (L. HENNIQUE, Soir. Médan, Affaire Gd 7, 1880, p. 242). Il n'y avait guère là, le soir, que la seconde des corsets, miss Powell, qui tapait sèchement du Chopin sur le piano (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 648).
3. Écrire (un texte) au moyen d'une machine à écrire. Synon. dactylographier. Elle vous aidera. Vous savez, elle n'est pas sotte! Elle tapera vos manuscrits (MONTHERL., Démon bien, 1937, p. 1268). Simon devait aller mettre ses lettres à la poste dans un quartier éloigné de Port-Royal et taper les adresses à la machine (NIZAN, Conspir., 1938, p. 89).
4. Atteindre une certaine vitesse. Nous « tapions » un gentil petit 90 (km/h) (M. GRANCHER, L'Envers de la course, 1935 ds PETIOT 1982). Ta Bugatti, on sait qu'elle tape du 130 (R. GIGNOUX, Le Prof d'anglais, I, II ds THOMAS 1956).
II. — Empl. intrans.
A. — Qqn tape
1. a) Donner une tape, des tapes. Les femmes descendaient des voitures, tapant à petits coups sur la soie de leur robe, pour en effacer les plis (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 187). Prévot pleure. Je lui tape sur l'épaule. Je lui dis, pour le consoler:Si on est foutus, on est foutus (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 223).
b) Frapper, cogner de la main ou avec un instrument, donner des coups. Taper à la porte, contre la porte; taper comme un sourd. Quand il s'ennuie, Gaubert vient, met les deux mains au marteau, le lève et tape sur l'enclume (GIONO, Regain, 1930, p. 29):
2. Il ne voulait pas lâcher son havage, il donnait de grands coups, qui le secouaient violemment entre les deux roches, ainsi qu'un puceron pris entre deux feuillets d'un livre, sous la menace d'un aplatissement complet. Pas une parole n'était échangée. Ils tapaient tous, on n'entendait que ces coups irréguliers, voilés et comme lointains.
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1165.
c) En partic.
Taper (sur qqn). Battre (quelqu'un), cogner (sur quelqu'un). Levaque, délassé et excité d'avoir tapé sur sa femme, tâcha vainement d'entraîner Maheu chez Rasseneur ( ZOLA, Germinal, 1885, p. 1233).
Taper des mains. Applaudir. Méricaud a fait un petit discours languissant, et puis ç'a été le tour de Robert. Quelle ovation! Dès qu'il s'est levé, ils se sont mis à taper des mains et des pieds en criant (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 204).
Taper du pied. Frapper le sol avec le pied pour manifester l'impatience ou la colère. Il tapait du pied, il les menaçait de son bâton, et il leur ordonnait avec colère de s'en aller à gauche (ROLLAND, J.-Chr., Aube, 1904, p. 17).
Péj. Taper sur un piano. Jouer du piano brutalement, sans nuance, de façon mécanique. Moi, j'appelle un musicien, dit-il encore à la petite fille, quelqu'un qui comprend ce qu'il joue. Je n'appelle pas un musicien quelqu'un qui tape sur le piano comme on donne des coups de pied à un nègre (GIDE, Retour Tchad, 1928, p. 1009).
d) Loc. fig., fam.
Taper à côté. Échouer; en partic., se tromper. (Dict. XIXe et XXe s.).
Taper sur le dos de qqn/sur qqn. Critiquer quelqu'un, dire du mal de quelqu'un (le plus souvent en son absence). Adèle elle-même tapait sur l'ancienne demoiselle de sa dame, dont elle étalait les indispositions, les dessous douteux, les secrets de toilette (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 269).
Taper dans le mille. V. mille1 II B.
Taper sur les nerfs, sur le système. Énerver, agacer. Le conseil municipal de Rouen, devant lequel est revenue la question de la fontaine Bouilhet, recommence à me taper sur le système. Quels idiots et quels envieux! (FLAUB., Corresp., 1877, p. 25). Sortons, dit Raoul; j'aime beaucoup le quartier, mais ces zazous me tapent sur les nerfs. On a envie de les faire tondre (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 383).
Taper dans l'œil de qqn.
Taper sur le ventre de/à qqn. Traiter quelqu'un avec beaucoup de familiarité, ou avec une familiarité excessive. Chatenay (saluant): Marquis. Manicamp, lui rendant son salut: Vicomte!... (à part): Comment entamer la chose? Chatenay, à part: Je ne peux pas lui taper sur le ventre et lui dire: « Allons nous mettre à table... » (LABICHE, Folleville, 1850, 15, p. 260).
2. Écrire avec une machine. Une dactylo qui tape bien. Une jeune fille cessa de taper sur sa machine à écrire et consulta un atlas, sans détourner la tête (CHARDONNE, Épithal., 1921, p. 340). Sénac sait taper à la machine. Il connaît la sténographie (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 103).
3. Pop., fam. Taper dans. Prendre dans, se servir largement de. Taper dedans. On avait faim tous les deux. On goûte d'abord un peu à tout... et puis on se décide, on touche... on pique, on avale... on tape dans le tas avec les doigts... le tout c'est de s'y mettre... Et c'est excellent! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 324). V. carambouiller A 1 ex. de Céline.
B. — Qqc. tape
1. Heurter, cogner. Porte, volet qui tape. Elles couraient et couraient. Leur cœur tapait; bientôt le souffle leur manqua (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 242). Le wagon tapait durement sur la voie, et, mal suspendu, tressautait à chaque interruption du rail (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 159).
En partic. Cogner en faisant entendre un bruit régulier. À ce moment, nette et sèche dans le fracas, on entendit taper une mitrailleuse allemande. Ce fut plus fort que lui: il bondit au créneau (...). La mitrailleuse tirait toujours, exaspérante, semblant enfoncer des clous (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 48). Une mitrailleuse tapait lentement (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 139).
MAR. [Le suj. désigne un bateau] Heurter, frapper chaque lame avec la coque. Si l'on aborde le petit clapot, il est naturel que le SB 3, présentant un fond parfaitement plat, « tape » quelque peu selon l'expression consacrée. Mais ces petits bonds d'une coque légère se font sans violence (Bateaux, n° 100, p. 82 ds ROB. 1985).
— [Le suj. désigne un moteur] Faire entendre des bruits irréguliers, des claquements anormaux. Synon. cogner. Comme si son instinct, plus sensible que sa conscience, eût entendu plus tôt, Attignies comprit soudain la cause de son angoisse: le moteur tapait. Une soupape! cria-t-il à Leclerc (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 616). Une ou deux fois, il fallut descendre le véhicule refusant d'avancer, stoppant avec quelques borborygmes d'agonie, le moteur tapant par crises brèves qui s'achevaient en coma (ARNOUX, Nuit St-Avertin, 1942, p. 89).
2. P. anal.
a) Vx. [Le suj. désigne un vin, un alcool] Monter à la tête, enivrer. Tu vas avoir la complaisance de me donner une croûte de pain. Je suis encore à jeun; comme c'est du chenu que m'offre le citoyen, je crains qu'il ne me tape sur le bonnet (BALZAC, Œuvres div., t. 1, 1830, p. 498). Tu monteras deux bouteilles de notre Lunel... du deux francs... de celui qui tape (GONCOURT, G. Lacerteux, 1864, p. 129).
b) [Le suj. désigne le soleil] Chauffer de façon intense, ardente. Il a répété en montrant le ciel: « Ça tape » (CAMUS, Étranger, 1942, p. 1134):
3. ... les deux chiens, allongés en dehors, haletaient eux aussi, la langue pendante. Le berger, pour avoir un peu d'ombre, s'était assis contre la cabane à deux roues, qu'il poussait à chaque déplacement du parc, une étroite niche qui lui servait de lit, d'armoire et de garde-manger. Mais, à midi, le soleil tapa d'aplomb...
ZOLA, Terre, 1887, p. 290.
c) Pop. Sentir mauvais. Ça tape ici! (ROB.). [Le suj. désigne une pers.] Taper de + n. d'une partie du corps. Puer de. On lui ôte ses pompes en daim... ses socquettes bayadères... Il tape des arpions que c'est pas croyable... On se recule nauséeux (B. BLIER, Les Valseuses, 1972, pp. 199-200 ds CELLARD-REY 1980).
d) Loc. fig. Taper sur les nerfs (v. supra II A 1 d). Je vous dois des excuses ainsi qu'à toute la compagnie, car j'ai été, hier au soir, intolérable et grossier. Mais la stupidité fantastique de Georges m'avait exaspéré! Le temps orageux me tapait sur les nerfs! (FLAUB., Corresp., 1872, p. 35).
III. — Empl. pronom. réfl.
A. — Pop., fam. Se taper qqc./qqn
1. [Le compl. désigne qqc. qui se mange ou se boit] S'offrir, manger, boire. Se taper un bon gueuleton. Sur les cinq heures, (...) il allait se taper un crème (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 166). Tiens, ma vieille elle a soixante-cinq ans, j'habite avec elle. Eh bien, à son âge, elle se tape encore son kil de rouge dans la journée (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 247).
Loc. Se taper la cloche. V. cloche1 C 3.
2. [Le compl. désigne qqc. de désagréable ou de pénible] Faire; être obligé, contraint de faire. Se taper une corvée, tout le travail. Si tu t'étais tapé Charleroi comme moi, lui dit Lagny, à la figure ratatinée de vieille femme, t'aurais pas été si pressé de revenir (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 16). Le gros homme s'amena sans crier gare: nous n'étions pas allés le chercher à Segré et il dut « se taper » les six kilomètres à pied (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 124).
En partic. [Le compl. désigne une maladie] Avoir. Se taper une angine. Se taper une sale grippe (ROB. 1985).
3. Pop., vulg. [Le compl. désigne une pers.] Posséder charnellement, faire l'amour avec. Synon. pop., vulg. s'envoyer. Se taper un mec, une gonzesse. J'aimais mieux repasser par l'école que de me taper la Gwendoline (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 260).
B. — Populaire
1. Se taper. Se priver (de quelque chose); se passer (de quelque chose). Si l'on n'avait que celui-là pour dire ou pour chanter quelque chose pendant la soirée, pour sûr, on pouvait se taper (A. DESROCHES, L'Éternelle illusion ds FRANCE 1907).
En partic. Ne rien obtenir, attendre; ne pas compter (sur quelque chose). Tu peux toujours te taper. Vous pouvez vous taper. Est-ce que c'est vous qui paierez le travail supplémentaire? (SARTRE, Sursis, 1945, p. 188).
2. S'en taper. Se moquer, ne pas faire cas de quelque chose ou de quelqu'un. Synon. pop. s'en balancer, s'en foutre. Le surlendemain, qu'est-ce que nous n'entendîmes pas au rapport au sujet des 250 000 cartouches brûlées!... Nous, on s'en tapait (CENDRARS, Main coupée, 1946, p. 71). [Un ouvrier à ses camarades] — La politique, on s'en tape (VIALAR, Fins dern., 1953, p. 122).
REM. Tapoir, subst. masc., rare. Instrument servant à taper; en partic., battoir. Pour qu'elle ait son air le plus naturel, il faut qu'elle soit en laveuse. Sa brouette devant ou sa hotte sur le dos, sa boîte sous un bras, le tapoir et la planche à laver sous l'autre, la mettent à l'aise et lui servent de contenance (RENARD, Nos frères farouches, « Ragotte », 1910, p. 333 ds ROB. 1985).
Prononc. et Orth.:[tape], (il) tape [tap]. Homon. taper2, tap. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Trans. A. 1. a) ca 1200 « donner des petites tapes, tapoter, cajoler quelqu'un » (RAIMBERT DE PARIS, Ogier le Danois, 8558 ds T.-L.); b) ca 1225 « frapper quelqu'un » ici, fig. (GAUTIER DE COINCI, Miracles Vierge, éd. V. F. Koenig, II Mir. 30, 711, t. 4, p. 404); 2. 1866 fam. « emprunter de l'argent à quelqu'un » taper son patron de vingt francs (DELVAU, p. 370). B. 1. 1306 « frapper quelque chose, de la main ou avec tout autre chose » les gens ... les destriers des eperons tapent (GUILLAUME GUIART, Royaux Lignages, éd. N. de Wailly et L. Delisle, 16711); 2. 1671 taper les cheveux « les relever, les gonfler » (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 221); 3. a) 1676 peint. « coucher les blancs d'apprêt pour la peinture et la dorure » (FÉLIBIEN); b) 1749 « exprimer (des figures) d'une manière hardie et négligée » (OUDRY, Conf. Jouin, p. 390 ds BRUNOT t. 6, p. 783, note 3); c) 1859 « introduire la peinture à petits coups de brosse dans les creux de l'objet à peindre » (BOUILLET); 4. 1869 « exécuter médiocrement sur un instrument de musique à clavier » taper une valse (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, p. 14 [1839 trans. indir. le piano dont elle a tapé exécrablement (BARB. D'AUREV., Memor. 2, p. 396)]); 5. 1874 « heurter plus ou moins fortement avec un instrument quelconque » taper les verres du manche du couteau (ZOLA, Conquête Plassans, p. 1108); 6. 1923 « écrire au moyen d'une machine » réponses au courrier d'hier soir qu'il m'a données à taper (FLERS, CAILLAVET, M. Brotonneau, I, 2, p. 3 [1921 intrans. taper sur sa machine à écrire (CHARDONNE, Épithal., p. 340)]); 7. 1947 taper une belote (FALLET, Banl. Sud-Est, p. 33 [1859 taper sur des tables de marbre de petits os de mouton, marqués de points (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, p. 9)]). II. Intrans. 1. XIIIe s. « donner des coups, frapper avec la main ou avec un instrument » tape et bote (Isopet Lyon, XXX, 13 ds Rec. gén. des Isopets, éd. J. Bastin, t. 2, p. 131); 1689 taper du pied (Mme DE SÉVIGNÉ, op. cit., p. 488); 2. a) fin XIVe s. « monter à la tête (en parlant du vin) » (EUSTACHE DESCHAMPS, Chartes et commissions, MCCCCI, 10-11 ds Œuvres compl., éd. G. Raynaud, t. 7, p. 332: la force du vin qui en cervel les ot tappez); b) fin XIVe s. « (du soleil) donner beaucoup de chaleur » (FROISSART d'apr. FEW t. 13, p. 97a); 1942 ça tape (CAMUS, Étranger, p. 26); 3. a) 1725 taper sur qqn « lui donner des coups » (DU CERCEAU, Les Deux cousins, II, 9 ds LITTRÉ); b) au fig. 1844 « critiquer quelqu'un » (BALZAC, Paysans, p. 41); 1862 taper sur le ventre à qqn « le traiter familièrement » (HUGO, Misér., t. 1, p. 782: il tapait sur le ventre aux catastrophes; il était familier avec la fatalité); 4. 1836 taper sur le pichet « se servir largement de vin » (Chansonnier ds LARCHEY, Excentr. lang., 1865, p. 306); 1902 taper dans « puiser largement dans, se servir largement de quelque chose » tapez dans le tas (Ch. L. PHILIPPE, Père Perdrix, I, II ds ROB. 1985); 5. 1859 taper dans l'œil à qqn « lui plaire » (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, p. 144); 6. 1868 taper sur les nerfs (SAND, Mlle Merquem, p. 145: il me tapait si bien sur les nerfs, avec ses airs de protection); 7. a) 1890 « qui fait entendre un bruit » en partic. tapant part. prés. adj. « se dit d'une heure au moment précis où elle sonne » onze heures tapantes (BOURGET, Physiol. amour mod., p. 196); b) 1937 le moteur tape (MALRAUX, Espoir, p. 618). III. Pronom. 1. a) 1776 se taper qqc. « s'offrir quelque chose » (COLLÉ, La partie de chasse de Henri IV, 76 ds QUEM. DDL t. 38); 1915 se taper la cerise avec une bonne soupe (BENJAMIN, Gaspard, p. 32); 1919 se taper la cloche, se la taper (DORGELÈS, Croix de bois, p. 113 et p. 32); b) 1928 se taper une femme (LACASSAGNE, Arg. « milieu », p. 195 [fin XVIIe s. taper une femme ds CELLARD-REY; cf. 1789, A. DE NERCIAT, Le Diable au corps, p. 138, ibid.]); 2. a) 1846 se taper le front et se ronger les ongles « se trouver dans une situation difficile » (SAINTE-BEUVE, Pensées, p. 32); d'où 1945 se taper la tête contre les murs (TRIOLET, Prem. accroc, p. 137); b) 1880 se taper le cul par terre (pop. ds ESN. 1966); 3. 1905 se taper qqc. (de désagréable) « être contraint de le faire » se taper des lieues (sold., ibid.); 4. 1894 « se trouver frustré de quelque chose » (BLOY, Journal, p. 359: les pauvres, cela s'entend, peuvent se taper); 5. 1928 « se moquer; ne pas se soucier de » (LACASSAGNE, op. cit., p. 193). Dér. du rad. onomat. tapp- qui évoque un bruit bref et sourd; dés. -er. Fréq. abs. littér.:1 370. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 179, b) 2 206; XXe s.: a) 3 512, b) 2 373.
DÉR. 1. Tapable, adj. [Corresp. à supra I A 2; en parlant d'une pers.] Qui peut être tapé. Merde, je l'ai vexée. J'humilie les faiseurs d'argent juste au moment où, croit-elle, je vais la taper. Non seulement, est-elle en train de penser, il me tape mais encore il me méprise parce que je suis tapable. Ou plutôt, car elle est fine, elle croit que je veux me venger de l'humiliation d'être contraint de la taper en l'humiliant dans sa dignité tapable (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 205). []. 1re attest. 1896 « naïf, dupe, facile à taper » (DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., p. 279); de taper1 étymol. I A 2, suff. -able. 2. Tapement, subst. masc. a) ) Action de taper. Le bruit un peu nerveux du tapement continu d'un doigt sur l'étui vide de ses lunettes (GONCOURT, Journal, 1890, p. 1185). Des tringlots embarquent des chevaux à l'aide de plans inclinés. Ce sont des appels, des exclamations, un piétinement frénétique de lutte, et les furibonds tapements de sabots d'une bête rétiveinsultée par son conducteurcontre les panneaux du fourgon où on l'a claustrée (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 105). ) Bruit produit par cette action. Une sonnaille détachée des autres venait à présent rapidement à eux avec son tapement sec, puis ce fut le bruit sourd et gras des sabots qui s'écrasaient sur les pierres, parce que la bête venait du grand galop (RAMUZ, Gde peur mont., 1926, p. 169). b) Technol. Action d'étendre le vernis sur une planche à graver. (Dict. XIXe et XXe s.). []. 1res attest. a) ) 1569 « action de taper, de frapper » (LA BOUTHIÈRE, Trad. de Suétone, 239) rare jusqu'au XIXe s., ) 1823 « effet, bruit d'un choc » (BOISTE Add.), 1825 les tapements de pied (GENLIS, Mém., t. 1, p. 34 ds POUGENS ds LITTRÉ), b) 1802 « action d'étendre uniformément le vernis sur la planche à graver » (FLICK); de taper1, suff. -ment1. 3. Tapeur, -euse, subst. a) [Corresp. à supra I A 2] Personne qui tape, qui emprunte souvent de l'argent. Il avait la réputation d'un tapeur, d'un homme peu délicat, d'un aigrefin! (HUYSMANS, Là-bas, t. 1, 1891, p. 168). Toute amitié est, par définition, impossible entre le riche et le pauvre: le premier soupçonnera toujours le second d'être un tapeur et celui-ci celui-là d'être un égoïste et un avare (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 183). b) Personne qui joue mal du piano. Daguenet était au piano, « à la commode », comme disait Nana; elle ne voulait pas de « tapeur » (ZOLA, Nana, 1880, p. 1189). Elle força même Edmond à prendre des leçons de tango. Chez un professeur argentin, pas loin de la Madeleine. (...) La tapeuse jouait éternellement Le Tango du Pendu (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 279). c) Personne qui tape, qui frappe. Mon voisin, qui est bricoleur, est un redoutable tapeur du dimanche matin (ROB. 1985). [], fém. [-ø:z]. 1res attest. a) subst. ) 1842 fém. tapeuse de piano « femme qui dans les réunions, les réceptions, joue du piano » (Th. GAUTIER, Hist. art dram., II, p. 217 [Hetzel] ds QUEM. DDL t. 3), ) 1864 masc. « celui qui tape sur un instrument de musique » un tapeur de caisse (GONCOURT, Journal, p. 96), ) 1872 masc. et fém. « personne qui emprunte » le roi des tapeurs (LARCH., p. 226), ) 1876 id. « personne qui donne, qui aime à donner des tapes » (Lar. 19e), b) adj. 1858 « qui donne des claques » le contentement dru et tapeur (GONCOURT, op. cit., p. 478); de taper1, suff. -eur2. — Fréq. abs. littér.: 27. 4. Tapure, subst. fém. Fissure dans une pièce métallique (acier trempé ou fonte) provoquée par un refroidissement trop rapide. [Avec les fleurets en acier au carbone,] pour (...) limiter les risques de tapures à la trempe, (...) recuire après l'usinage, avant la trempe (J. CAHEN, BRUET, Carrières, 1926, p. 26). L'eau pure et froide détermine souvent des tapures ou fentes dans le métal trempé (CHAMPLY, Nouv. encyclop. prat., t. 8, 1927, p. 52). []. 1res attest. a) 1690 tepeure « sorte de frisure des cheveux qu'on a tapés avec un peigne » (FUR.) — 1721, Trév., 1701 tapure (ibid.), b) 1823 bot. (BOISTE Hist. nat.), c) 1894 métall. (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 1, p. 292); de taper1, suff. -ure.
BBG. — BLOCHW.-RUNK. 1971, p. 345. — CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, pp. 271-273. — QUEM. DDL t. 6, 19, 23, 32; 3 (s.v. tapeuse); 4 (s.v. tapement).
II.
⇒TAPER2, verbe trans.
MAR. Fermer, boucher au moyen d'une tape. Par mauvais temps, il faut taper les hublots (MERRIEN 1958).
Prononc.:[tape], (il) tape [tap]. Homon. taper1, tap. Étymol. et Hist. 1. 1723 « boucher (une forme de sucre) » (SAVARY d'apr. FEW t. 17, p. 312a); 2. 1752 mar. (Trév.). Empr. au prov. tapar « boucher » (att. dep. le XIVe s. d'apr. FEW, loc. cit.), lui-même empr. au got. tappôn « id. » (de la même famille germ. que l'a. b. frq. tappo « bouchon », v. tapon), cf. également l'esp. tapar, le cat. tapar, le port. tapar, l'ital. tappare « boucher, fermer ».

1. taper [tape] v.
ÉTYM. V. 1175; onomat. ou moy. néerl. tappe « patte », ou du germanique tappon.
———
I V. tr.
1 Frapper du plat de la main, donner une tape à…; par ext., frapper. Battre, cogner, frapper. || Taper un enfant.REM. Dans cet emploi, le verbe est plutôt du langage enfantin (maman, elle m'a tapé !). — Taper des tapis, les battre (II., 1.). Tapette. || Taper des objets pour voir s'ils sont solides (cit. 1). || Taper une chose sur une autre, contre une autre. Cogner, heurter.
1 — Laisse-nous donc tranquilles, reprit le prêtre et va-t'en.
Elle sortit en tapant la porte.
Maupassant, l'Inutile Beauté, « Champ d'oliviers », III.
2 (…) les hommes préféraient vider les litres d'eau-de-vie, en fumant leurs pipes, qu'ils tapaient sur la nappe, pour en faire tomber les culots.
Zola, la Terre, II, VII.
3 L'enfant remonte une épaule sans changer sa posture et Pauline exaspérée le tape sur la joue.
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 314.
Fig., fam. Se taper les cuisses de contentement, de colère… — ☑ Loc. fam. (1880). Il y a de quoi se taper le derrière par terre : c'est une chose étonnante et risible, grotesque. — ☑ Fam. Il y a de quoi se taper la tête contre les murs : c'est une situation pénible, révoltante et sans issue. Donner.
4 Décidément, j'étais un créateur d'euphorie ! On s'en tapait à tour de bras les cuisses ! Il n'y avait que moi pour savoir rendre la vie agréable malgré toute cette moiteur d'agonie !
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 115.
Loc. fam. Taper le carton, la carte : jouer aux cartes. — ☑ Argot. Taper la brême (cit. 3). — ☑ (1953). Taper la belote.
4.1 Ils tapent peut-être le carton chez leur ami le shérif.
Roger Borniche, le Ricain, p. 275.
Techn. || Taper la peinture, l'introduire à coups de brosse dans les creux des objets à peindre.
Arts. Vx. Exécuter d'une manière hardie et négligée par des coups de pinceaux rapides.
Vx. || Taper les cheveux, les crêper.
Pêche. || Taper l'eau : pêcher de façon brutale et sans adresse au lancé.
(En franç. d'Afrique). || Taper le ballon : jouer au ballon (au football).
2 a Produire (un bruit) en tapant (II.). || Taper trois coups à la porte. — ☑ Théâtre. Taper les trois coups, pour annoncer le début de la pièce. Frapper.Taper un air sur un piano, le jouer médiocrement. Tapoter.
5 (…) sur un infernal piano, dans le cabinet à côté, quelqu'un tapait une valse.
Flaubert, l'Éducation sentimentale, II, IV.
b (1923). Écrire (un texte) au moyen de la machine (cit. 11) à écrire. Dactylographier; frappe. || Faire taper une lettre. || Des ordres que j'ai tapés moi-même (→ 1. Parler, cit. 51).
6 Cette machine à écrire avait été achetée trois mois auparavant. Convaincue qu'elle « taperait » les manuscrits de Costals quand elle avait voulu apprendre à dactylographier.
Montherlant, les Lépreuses, I, I.
7 Les voilà ses couplets à cette vieille canaille de Machetu ! Tapez-les en double et faites-les porter chez lui.
J. Anouilh, Ornifle, I.
8 Conséquence adventice du journalisme : le reporteur (sic) naguère, aujourd'hui l'écrivain tapent directement leurs articles et leurs romans.
Étiemble, Hygiène des lettres, p. 57.
Au p. p. || Lettre tapée à la machine. || Manuscrit tapé. Tapuscrit.
c (En franç. d'Afrique). Jouer d'un instrument de musique (surtout, à percussion). || Taper le tam-tam.Absolt. || « Nous taperons et vous danserez » (in I. F. A.).
3 (1866; tappé « grugé », 1650; sujet et compl. n. de personne). Fam. Emprunter de l'argent à… || Taper un ami de cent francs. || Nous décidâmes d'aller taper notre ancien patron (→ Occasion, cit. 22). Tapeur.
9 (…) Porel était instantanément tapé de vingt francs, pour payer la voiture qui avait amené le couple à la mairie.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 28 févr. 1885, t. VII, p. 15.
10 Dépouillée par son mari, tapée par son frère, volée par son avoué, grugée par les domestiques, Margot s'est embastillée dans une sérénité funèbre (…)
Colette, la Vagabonde, p. 63.
4 (1935, in Petiot). Fam. Atteindre (une certaine vitesse). || Moto qui tape le 200 (km/h).
———
II V. intr. (XIIIe).
1 a (Sujet n. de personne). Donner une tape, des tapes. || Quelqu'un qui lui tapait sur l'épaule (→ Ficher, cit. 4).Donner un coup, des coups. || Taper des mains, des poings (cit. 6), des pieds (du pied)…, avec un bâton, un outil…Spécialt. || Taper des mains (l'une contre l'autre) : applaudir. || Les ouvriers tapaient tous à la fois (→ Marteau, cit. 1). Tapage. || Taper sur qqn, le frapper.Fam. || Il lui a tapé dessus.Taper sur qqch. || Taper sur un gong (cit. 3 et 5). || Taper sur un piano (péj.) : jouer brutalement, sans nuances. || Taper à côté des notes (cit. 10). || Taper sur le clavier d'une machine à écrire (→ Ruban, cit. 7). || Ouvrier (cit. 1) qui tape sur l'enclume. || Laveuse (cit. 1) qui tape sur sa lessive.Par ext. || La règle du maître qui tapait sur les tables (→ Classe, cit. 14). || Taper contre un mur (→ Révolte, cit. 2), à la porte. Tambouriner. || Un quadrille où l'on tapait dans ses mains (→ Pastourelle, cit.). || Se taper dans la main en signe d'accord. Toper (→ Notre, cit. 9).
(Le sujet désigne la partie du corps qui frappe). || Poing, main qui tape à, contre, sur…
11 (…) c'était vraiment à prendre une trique et à taper dessus jusqu'à ce qu'il s'expliquât.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, 2e tableau, I.
12 Elle marchait le bâton levé, ne sortait jamais sans sa canne d'épine, dont elle se servait uniquement pour taper sur les bêtes et le monde.
Zola, la Terre, I, III.
13 (…) Claude travaillait à son tableau lorsqu'une main familière tapa rudement contre la porte.
Zola, l'Œuvre, II.
14 — Madame, cria de nouveau la voix essoufflée de l'avertisseur, ils tapent les pieds, ils vont finir par casser les banquettes (…)
Zola, Nana, V.
15 Lorchen, armé d'une trique, tapait comme une sourde.
R. Rolland, Jean-Christophe, La révolte, III, p. 618.
Fam. || Taper sur qqn ou sur le dos de qqn, dire du mal de lui en son absence. Critiquer, médire.
16 (…) tâche de parler à la comtesse, et tape sur moi, de manière à ce qu'il aient l'idée de me chanter un air de leur morale, quoi !…
Balzac, les Paysans, Pl., t. VIII, p. 42.
Loc. fam. (1872). Taper sur le ventre de (à) qqn, le traiter avec une familiarité excessive.
16.1 Je ne peux pas lui taper sur le ventre, et lui dire : « Allons nous mettre à table (Saluant Manicamp) Marquis !… »
E. Labiche, Embrassons-nous, Falleville, 15.
17 Le marquis (…) se laisse taper sur le ventre, par de gros pères rouges et débraillés.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. VIII, p. 16.
Taper sur les nerfs (cit. 13), sur le système : mettre les nerfs à vif, agacer. — ☑ Taper dans l'œil de qqn, lui plaire, faire impression sur lui. || Cet individu, ce luxe lui ont tapé dans l'œil. Tape-à-l'œil. — ☑ Taper dans le mille : réussir, deviner juste.
18 (…) ah ! qu'il est beau ! Il a pas mal tapé dans l'œil à Léonie.
R. Queneau, Pierrot mon ami, II.
b (Sujet n. de chose). Heurter. || Le volet tape contre le mur. || La locomotive vient taper contre le fardier (→ Choc, cit. 3).
Spécialt. || Bateau qui tape, dont le fond heurte chaque lame. || « Si l'on aborde le petit clapot, il est naturel que le SB 3, présentant un fond parfaitement plat, “tape” quelque peu selon l'expression consacrée. Mais ces petits bonds d'une coque légère se font sans violence » (Bateaux, no 100, p. 82).
2 Écrire au moyen d'une machine (en frappant les touches). || Apprendre à taper à la machine (→ Secrétariat, cit. 3). || Une dactylo qui tape bien. Frappe. || Faute faite en tapant : faute de frappe.
3 (Fin XIVe; en parlant du soleil, v. 1360). Fig. (De taper sur la tête). Se dit du vin qui monte à la tête. || Un vin qui tape. Enivrer.Par ext., fam. Sentir mauvais. || Ça tape ici ! Cogner.
Se dit du soleil qui chauffe très fort et fait mal à la tête. || Le soleil tape dur.
19 (…) la main droite soulevant le bord de sa casquette. Je lui ai dit : « Comment ? » Il a répété en montrant le ciel : « Ça tape ». J'ai dit : Oui.
Camus, l'Étranger, I, I.
Produire un bruit irrégulier (en parlant d'un moteur). Cogner.
4 Fam. (D'après le mouvement de celui qui prend qqch.). || Taper dans : prendre dans, se servir de. || Tapez dans le tas ! || Tapez dedans ! || Ils ont déjà tapé dans les provisions. Entamer, consommer.
20 Allons, mes deux lapins, tapez dans le tas !
Ch.-L. Philippe, Père Perdrix, I, II (1902).
5 (En franç. d'Afrique). Fam. Aller à pied.Syn. : taper à pied. || « J'ai tapé à pied jusqu'à l'hôpital » (I. F. A.).
——————
se taper v. pron.
1 (Récipr.). Se frapper l'un l'autre. Battre (se).REM. Le sens serait aujourd'hui familier et quelque peu enfantin.
20.1 Tous ceux qui étaient restés, ils se battaient, ils se tapaient, fallait voir.
Henri Monnier, Scènes de la vie populaire, t. I, p. 312 (1835).
2 (1804; réfl.). Fam. Manger, boire. Enfiler (s'), envoyer (s'), farcir (se). || Elle se tape son kil (cit. 1) de rouge dans la journée. || Se taper un bon gueuleton. Offrir (s'). — ☑ Loc. Se taper la cloche.
20.2 Ensuite on se tape du rôti avec de la sauce aux bourgeons et de la sauce à la noix de muscade.
R. Queneau, les Fleurs bleues, p. 73.
(Compl. n. de personne). || Se taper un mec, une gonzesse, faire l'amour avec… Envoyer (s'), faire (se).
20.3 (…) il établit des rapports effectifs entre le meurtre et ce qu'il croyait savoir des pédérastes : S'il était vrai que Nono se le tapait, Querelle était de la pédale.
Jean Genet, Querelle de Brest, p. 328.
3 Fam. Faire (une corvée). || Se taper tout le travail. || Il s'est tapé le trajet à pied.Avoir, subir (une chose désagréable). || Se taper une sale grippe.
20.4 Moi aussi je vais bientôt me taper les Assises !… Faut que tu penses aux autres.
J. Becker et J. Giovanni, le Trou, 1960, in l'Avant-Scène, no 13, p. 12.
4 (1888; sans objet direct). a Pop. Se priver de qqch. || Il peut toujours se taper : il peut toujours attendre.
21 — Ah ! bien ! s'exclama M. Lampre, vous pouvez, sauf votre respect, vous taper, si vous vous imaginez que la congrégation de Solesmes reprendra en votre honneur ces us charitables d'antan !
Huysmans, l'Oblat, VI.
b Se moquer, ne pas faire cas (de qqn, de qqch.). || Tu parles si je m'en tape !
——————
tapé, ée p. p. adj.
(Sens spéciaux : → aussi ci-dessus, infra cit. 8).
1 Vx. Crêpé. || Des cheveux tapés.
2 Vx. S'est dit de fruits que l'on aplatit et que l'on fait sécher au four. || Des poires tapées. Séché.Mod. Qui est trop mûr, pourri par endroits. || Pommes tapées pour la compote.
3 Se dit d'un visage aux traits marqués par l'âge, la fatigue.Par métonymie. || Elle est un peu tapée.
22 Mais son regard dansait bien guilleret quand même au-dessus de ses joues tapées et bises, un regard qui vous prenait l'attention (…)
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 233.
4 Fam. Fou; cinglé, sonné.
5 Fam. Bien tapé : réussi, bien fait. || Une réponse bien tapée, bien envoyée (→ aussi Ratage, cit. 3).Vieilli. || Ça, c'est tapé !
22.1 — M. Cordenbois, vous êtes amer… Je ne vous souhaite pas de mal… mais, si le hasard voulait que vous vous cassassiez un bras… je m'estimerais fort heureux, moi, de vous conduire chez un médecin… je ne regretterais pas la course.
— Bien tapé !
E. Labiche, la Cagnotte, II, 3.
23 Il m'enverra ce qu'on écrira sur lui de mieux tapé.
O. Mirbeau, le Journal d'une femme de chambre, VII.
Servi. || Un demi bien tapé.
DÉR. Tapage, tapant, 1. tape, tapée, tapement, tapette, tapeur, tapin, 2. tapiner, tapoir, tapoter.
COMP. Retaper. — Tapebord ou tapabor(d). — Tape-à-l'œil, tape-cul, tape-dur.
HOM. Tapée, 2. taper.
————————
2. taper [tape] v. tr.
ÉTYM. 1382, puis 1611; en mar., 1752; germanique tappôn, néerl. tap « bouchon ».
Mar. Boucher par une tape. || Taper les écubiers.
DÉR. 2. Tape, tapette.
HOM. Tapée, 1. taper.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • taper — 1. (ta pé) v. a. 1°   Donner une tape, des tapes. Tapez ce petit drôle. 2°   Taper les cheveux, les relever avec le peigne, les crêper ; locution vieillie ; on dit crêper. •   Dites à Montgobert qu on ne tape point les cheveux, et qu on ne tourne …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Taper — may refer to: * Fishing rod tapers, a measure of the flexibility of a fishing rod * In geometry, or in the casual description of a shaper or object, a gradual thinning or narrowing towards one end * Machine taper, in machinery and engineering *… …   Wikipedia

  • Taper — Ta per, n. [AS. tapur, tapor, taper; cf. Ir. tapar, W. tampr.] 1. A small wax candle; a small lighted wax candle; hence, a small light. [1913 Webster] Get me a taper in my study, Lucius. Shak. [1913 Webster] 2. A tapering form; gradual diminution …   The Collaborative International Dictionary of English

  • taper — Taper. v. a. Frapper, donner un coup. Il l a bien tapé. je vous taperay. Le peuple dit aussi, Tapoter, & l un & l autre est bas. On dit, Taper les cheveux, pour dire, Les mesler & les relever avec le peigne d une certaine maniere qui les renfle & …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Taper — Ta per, a. [Supposed to be from taper, n., in allusion to its form.] Regularly narrowed toward the point; becoming small toward one end; conical; pyramidical; as, taper fingers. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • taper — [tā′pər] n. [ME < OE tapur, prob. by dissimilation < L papyrus (see PAPER): from use of papyrus pith as wick] 1. a wax candle, esp. a long, slender one 2. a long wick coated with wax, used for lighting candles, lamps, etc. 3. any feeble… …   English World dictionary

  • Taper — Ta per, v. t. To make or cause to taper. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • taper — (n.) O.E. tapur, taper candle, not found outside English, possibly a dissimilated borrowing from L. papyrus (see PAPYRUS (Cf. papyrus)), which was used in M.L. and some Romance languages for wick of a candle (e.g. It. papijo wick ), since these… …   Etymology dictionary

  • taper — / taper off [v] decrease to a point abate, bate, close, come to a point, die away, die out, diminish, drain, dwindle, fade, lessen, narrow, recede, reduce, rescind, subside, thin, thin out, wane, weaken, wind down; concepts 137,698,776 Ant. go up …   New thesaurus

  • taper — ► VERB 1) diminish or reduce in thickness towards one end. 2) (taper off) gradually lessen. ► NOUN ▪ a slender tapered candle, used for conveying a flame. ORIGIN Old English, formed, by alteration of p to t , from Latin papyrus papyrus plant ,… …   English terms dictionary

  • Taper — Ta per, v. i. [imp. & p. p. {Tapered}; p. pr. & vb. n. {Tapering}.] To become gradually smaller toward one end; as, a sugar loaf tapers toward one end. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.